Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /var/www/vhosts/genyo.fr/httpdocs/wp-content/themes/genyo/divi-children-engine/functions/divi-mod-functions.php on line 75
Initiateurs du projet - GENYO

Initiateurs du projet

L’innovation des acteurs publics au service de la transition énergétique

Les villes de Bobigny et Drancy ont fait le choix de s’engager, avec le SIPPEREC, dans un projet emblématique en matière de développement des énergies renouvelables et de maîtrise des coûts liés à l’énergie : la création d’un réseau de chaleur à base de géothermie profonde qui permettra de chauffer d’ici 2021 l’équivalent de 20 000 logements sur les deux communes.

L’Ile-de-France consomme plus d’énergie qu’elle n’en produit. Les énergies renouvelables y sont encore faibles : elles couvrent à peine 5 % des consommations énergétiques. C’est pourquoi le Schéma régional climat air énergie (SRCAE) a fixé l’objectif de couvrir 11 % des consommations d’énergie grâce au développement des énergies renouvelables d’ici 2020 et 45 % en 2050. Pour atteindre cet objectif, l’implication des collectivités locales est essentielle. Celles-ci peuvent compter sur l’accompagnement du SIPPEREC, déjà identifié par la Région et l’ADEME comme un expert dans ce domaine et notamment pour des projets de géothermie.

Sur le projet GENYO l’investissement total s’élève à 70,5 millions d’euros répartis de la manière suivante :

  • 58 % pour les travaux de forage et de construction de la centrale géothermale,
  • 42 % pour les travaux de réseaux et de production d’appoint secours.

L’opération est soutenue financièrement par des subventions demandées auprès de différents partenaires. Ainsi, le SIPPEREC a associé, dès les études de faisabilité l’ADEME et la Région Ile-de-France, aux échanges qui ont pu accompagner la définition des contours du projet. La Région Ile-de-France a attribué une aide à hauteur de 4 millions d’euros et l’ADEME contribue au projet à hauteur de 16,9 millions d’euros au titre du Fonds chaleur.

À noter que l’intégralité des aides octroyées au projet sont répercutées dans le prix de la chaleur qui sera proposé aux abonnés. L’objectif est double : il s’agit de proposer aux usagers une solution énergétique vertueuse présentant un faible impact environnemental, mais aussi offrir une solution avec un prix compétitif par rapport aux énergies fossiles et garantissant une stabilité à long terme.

Le SIPPEREC, acteur du renouveau de la géothermie

Établissement public local, le SIPPEREC* regroupe 115 collectivités franciliennes. Partenaire public des collectivités territoriales, le SIPPEREC accompagne, conseille et assiste ses adhérents dans la mise en œuvre de leurs politiques publiques, dans les domaines des énergies et du numérique, pour apporter un service public local de qualité. Il est l’interlocuteur privilégié des collectivités qui souhaitent développer une politique locale en faveur des énergies renouvelables aussi bien dans le solaire que dans la géothermie. Le SIPPEREC est devenu depuis 2006 producteur d’énergie en développant une compétence « développement des énergies renouvelables ». 91 centrales photovoltaïques et 4 réseaux de chaleur alimentés par la géothermie sont gérés par le syndicat. Le SIPPEREC est présidé par Jacques JP. Martin, Maire de Nogent-sur-Marne, Président du territoire Paris Est Marne & Bois et compte 90 collaborateurs. Précurseur d’une relance de la géothermie sur le territoire francilien, le SIPPEREC a conduit le développement de quatre réseaux pour le compte de neuf communes :

  • le réseau ARGÉO sur Arcueil et Gentilly ;
  • le réseau BAGÉOPS sur Bagneux et Chatillon ;
  • le réseau YGÉO sur Rosny-sous-Bois, Noisy-le-Sec et Montreuil ;
  • et le réseau de la SEER Grigny-Viry-Châtillon.

Ces quatre réseaux en service permettent de desservir l’équivalent de 41 500 logements en chauffage et en eau chaude, tout en économisant près de 60 700 tonnes de CO2 par an. Un réseau de chaleur géothermal couvre en moyenne plus de 50 % des besoins de chaleur de l’habitat collectif et des équipements publics sur le territoire qu’il dessert, soit l’équivalent de 10 000 logements.

*SIPPEREC : Syndicat Intercommunal de la Périphérie de Paris pour les Énergies et les Réseaux de Communication.

La géothermie à Bobigny, pour verdir le réseau de chauffage urbain actuel et faire baisser la facture de chauffage des habitants

Bobigny est une ville en pleine mutation : la rénovation urbaine de plusieurs quartiers a permis de diversifier l’offre de logements. Bobigny mène également de grands projets structurants comme la création d’un nouveau quartier au bord du Canal de l’Ourcq et la transformation du centre commercial actuel pour faire place à un véritable cœur de ville. Les projets de transports en commun vont amener la création de trois gares et la métamorphose du pôle Pablo Picasso. Ces profondes transformations doivent s’accompagner d’une rénovation du réseau de chauffage urbain historique vieillissant. La municipalité a choisi le réseau de chaleur géothermique afin de répondre à plusieurs objectifs : utiliser une énergie naturelle moins polluante, étendre progressivement son bénéfice à l’ensemble de l’habitat collectif et redonner du pouvoir d’achat aux familles balbyniennes. L’exploitation se fera à partir du parc de la Bergère et doit permettre une baisse significative de la facture de chauffage des habitants.

Avec la géothermie, Drancy poursuit son action en faveur du développement des énergies renouvelables

Depuis plus de 15 ans, la Ville de Drancy a multiplié les actions en faveur de l’environnement : tout d’abord dans son fonctionnement quotidien avec notamment une flotte municipale 100 % électrique, la mise en place du zéro phyto dans les parcs municipaux et sur l’espace public, la création de la cellule Energie et Développement Durable. Les actions en faveur des habitants sont bien évidement au cœur de cette politique municipale : de l’isolation des combles pour 1 euro, à l’achat groupé d’énergie, en passant par le soutien aux modes de transport écologiques, l’installation d’automates de tri ou l’accompagnement pour le remplacement des chaudières au fuel pour celles au gaz. Les actions conjuguées avec l’éducation nationale a permis à l’ensemble de la commune d’être un territoire labellisé E3D. Enfin, l’utilisation d’énergies renouvelables est déjà une réalité avec un fort partenariat avec l’OPH de Drancy. Deux chaudières biomasse sont en fonction pour le chauffage de logements ou d’équipements municipaux. La Ville a inauguré le 30 mars dernier une centrale solaire de 642 m2 portant à 2000 m2 la surface consacrée au photovoltaïque sur son territoire. La géothermie est une nouvelle étape logique dans ce processus vertueux. Pour tous ses efforts en faveur d’environnement, la Ville de Drancy s’est vue décerner en 2018 la Marianne d’or du développement durable des collectivités territoriales.

Les acteurs du réseau :

Avec le soutien de :

 

 

Avec le soutien financier de :